Je veux donner des COUPS de PELLE aux ENFANTS, mais ’y a pas le DROIT, QUE FAIRE ?

Lorsque vous voyez un enfant, vous avez envie de le tarter direct. Le problème, c’est que souvent, un parent suit, et que pour le parent, cette d’excroissances fanatique de l’enfant, PERSONNE n’approche de son gosse.

Oui oui, et puis aux yeux de la loi ‘y a pas le droit. M’enfin, il faudrait une loi aussi pour qu’un morveux n’est pas à trainer là comme ça devant tout le monde, avec ses bruits stridents et sa morve au nez !

Bon, mais comme on ne peut pas lui foutre un coup de pelle dans la face dès qu’il débarque, on a trouvé d’autres techniques pour s’en débarasser.

1. L’ignorance de louve

Un enfant est dans les parages, vous ne pouvez pas fuir, vous êtes coincée face à ces petits bras et ses questions affreusement idiotes. Non c’est vrai, avez-vous vu comme les parents s’extasient à chaque question que leur mioche pose ? « Est-ce que ça existe des poissons bleus qui volent et qui vont dans l’espace avec des vaisseaux ? » Non mais faut arrêter, pas de quoi crier au génie.

Mais bref, vous êtes coincée, il est là, et avec son impudeur d’enfant là, vous sentez bien qu’il va se ramener vers vous et vous poser des questions : Mais enfant ! Comprends que bras croisés + zéro sourire, ça veut dire « Pas envie de parler ! »

Comme il ne pige rien, vous allez éviter tout contact visuel avec la petite chose. Vous allez l’ignorez aussi royalement que ce gravillon sur lequel vous êtes en train de marcher. Voilà. Il va se sentir gravillon lui aussi. Non mais, range tes mini bras !

2. La réplique adulte

Pas de pot, il vous pose des questions et vous avez les huit paires d’yeux des adultes- excroissances qui vous regardent. Impossible de lui dire « Mais ferme-là avec tes questions débiles ! »

Alors, répondez-lui en adulte. « Non voyons, les poissons vivent dans la mer donc n’ont pas d’ailes, et ils ne passeraient même pas la stratosphère avec leur peau fine et translucide. Et sais-tu combien pèse un cerveau de poisson ? Sais-tu l’intelligence qu’un poisson est capable de développer ? Pas celle d’un scientifique près à élaborer un vaisseau... » C’est bon vous l’avez perdu et il est vexé de ne pas comprendre alors il passera à un autre adulte qui lui répondra niaisement : « Oh bah je sais pas, peut-être que tu as raison, peut-être que ça existe. » N’importe quoi. Ça n’existe pas, ça n’existera jamais.

3. L’échappatoire fougueux

Si vous êtes libre de vos mouvements, soyez vive ! Un enfant arrive, déguerpissez immédiatement aux toilettes, dehors, dedans, n’importe où : tant qu’il ne vous voit pas dans les premiers instants, vous êtes sauvé.

Quelques « fans d’enfants » seront déjà en train d’écouter ses conneries ou de jouer au ballon en tapant des mains et en disant : « C’est bien dis donc, tu te débrouilles comme un chef ! » alors que le môme n’a pas touché une balle.

4. Le gros mot salvateur

Plus violent mais efficace : parlez comme un gros charretier. « Putain, je me suis tapée une mycose la semaine dernière, j’avais le vagin tellement irrité que je ne pouvais plus m’assoir ! »

Ah bah ils sont où les parents ? Plus de parents ? Remballés les enfants ?

5. La planque maline

Si vous allez à un repas où il y a des enfants, mettez toute votre énergie à choisir la place stratégique. Bien évidemment surtout pas à côté d’eux : vous entendriez ses miachements bruyants et devriez lui couper sa viande. Pire vous seriez sa servante : « Je veux de l’eau. J’en veux plus. J’aime pas, ça je veux des patates. »

Attention également à ne pas l’avoir totalement en face de vous. Ça vous flinguerait le repas de le voir là, bouche béante et barbouillé de sauce.

L’idéal, c’est un peu de côté, loin et avec deux trois bouteilles entre vous et lui pour faire rempart. Voilàààà, il a disparu le nain.

6. La face flippante

Personne ne le saura… Mais vous pouvez aussi regarder l’enfant avec une tête super flippante genre monstre qui te fixe avec des yeux qui lancent des éclairs de feu (ouais il s’imaginera tout un tas de truc appris dans ses dessins animés débiles).

Ah il flippe, ahah ! Ah il pleure… Merde.

 

Barrez-vous !

 

LP.

 

Crédit Photo / Pinterest