ANXIÉTÉ : ce n’est PAS un « COUP DE STRESS »

Crise d’angoisse, panique, peur… L’anxiété se manifeste pas des états physiques très intenses et ne se soigne pas grâce à la volonté !

Une nouvelle étude publiée dans le revue Current Biology démontre que les personnes souffrant d’anxiété ont une vision différente du monde en raison d’une variation physiologique de leur cerveau.

De quoi dire stop à ceux qui pensent que ces personnes « font du chichis »…

 

1. Une perception modifiée

L’étude a montré qu’une personne traitée pour des problèmes d’anxiété était moins apte à faire la différence entre un stimulus « neutre » et un stimulus « sans danger » ou « menace ».

Le cerveau ne sait pas faire la différence entre une situation nouvelle et sans importance, une situation familière et une situation menaçante. Cela crée alors une sensation d’anxiété chez la personne.

Cette réaction est incontrôlable car elle provient d’une différence au niveau cérébral.

 

2. Le cerveau de la peur

Les chercheurs ont découvert que les personnes souffrant d’anxiété présentaient des différences dans la partie du cerveau associée à la peur (le complexe amygdalien). Cela pourrait expliquer pourquoi certaines personnes développent ces troubles contrairement à d’autres.

Attention, une tendance à l’anxiété peut être normale mais elle devient plus grave lorsqu’un changement mineur provoque des troubles importants.

 

3. C’est pas ma faute !

Ces recherches prouvent encore une fois que les personnes ne sont pas responsables de leurs angoisses. Ces troubles ont des origines physiologiques et génétiques.

Il faut donc aller voir des médecins compétents, aptes à trouver les bonnes solutions pour traiter la maladie.

 

LP.

 

 

 

Crédit Photo : Pinterest

Source : eurekalert.org