Les IMPERFECTIONS que les FRANÇAIS DETESTENT

Nez, ventre, cuisses… On déteste tous une ou plusieurs parties de notre corps… Mais on se rend souvent moins compte que pour notre voisine, c’est exactement pareil.

Combien de fois n’a-t-on pas dit : « Non mais toi c’est pas pareil, tes cuisses sont parfaites. » alors que l’on a exactement les mêmes…

Petit retour sur nos complexes d’après un sondage réalisé par YouGov…

 

1. Le ventre, complexe général

39% des Français ne supportent pas leur ventre et 31% détestent leurs poignets d’amour.

Complexe général qui fait que quasiment la moitié des personnes que vous allez rencontrer complexe sur son ventre. Ça fait relativiser non ?

 

2. On s’aime moins que les hommes

48% des femmes se plaignent de leur ventre contre 29% des hommes… Observez les hommes et voyez comme ils ont tout autant de petits bourrelets.

Alors ? Diktat quand tu nous tiens… Alors on va un peu moins regarder les comptes Instagram des superbombes et un peu plus les femmes de la vie de tous les jours…

Ah oui, c’est pas Victoria’s Secret à tous les coins de rue, et c’est tant mieux !

Allez, on devient féministe du bidon et on se met à l’accepter comme ces messieurs, non mais !

 

3. On se planque tous

72% des interrogés avouent cacher leurs complexes. Que ce soit une imperfection physique ou de caractère, on veut tous planquer ce qui nous déplait.

Et si on se disait que ce petit défaut était justement tout le sel de notre personnalité ?

On parie qu’en arrêtant de vous planquer, vous serez quatre fois plus charmante… Les gens aiment les personnes spontanées et sûres d’elles.

 

4. Pourquoi s’aime-t-on si peu ?

Vous plaisez, vous trouvez chaussure à votre pied (parfois) et recevez des compliments. Alors pourquoi continuez-vous de ne pas vous aimer ?

Surement parce qu’on nous demande d’être toujours « plus ». Plus femme, plus forte, plus mère, plus bio, plus professionnelle, plus belle, plus à l’écoute, plus musclée, plus dispo, plus amoureuse, plus sexuelle, plus intello…

Bref, on nous demande d’être une espèce de multi-femme qui, en fonction des moments de la journée, change de personnalité.

Flippant non ? Et surtout, très déséquilibrant ! Il faut apprendre à se recentrer sur soi, à savoir ce qui est bon pour nous et à tendre vers ce qui nous rendra heureuse.

Le but n’est pas d’être le canon que la société souhaite – dans son intérêt – nous imposer. Le but est que l’on soit fière et heureuse de sa vie.

 

Crédit Photo : Pinterest