La TO DO LIST pour bien s'ENGUEULER avec son MEC

Ne croyez pas qu’une bonne engueulade  se résume à trois quatre cris et deux claquages de portes ! Non, c’est tout un art… Il y a la phase d’énervement, la montée en puissance, la victoire ou l’abdication… Il faut savoir manier tout cela pour bien gérer une bonne dispute !

Mode d’emploi.

 

 

 

1. Le sujet

Pour bien s’engueuler, il faut un sujet béton. Pas un truc bidon genre une chaussette qui traîne ou un verre mal lavé, ça, c’est nul, c’est cliché, ça s’épuise vite. Il faut un sujet qui ait du cœur, du panache, du rebondissement, bref, un truc sur lequel vous pouvez puncher : « Pourquoi tu me dis ça ? C’est parce que tu me compares à ma mère c’est ça ? Salaud » !

2. La montée en puissance

Attention, on ne se met pas à hurler comme ça pour rien, on passerait pour une cinglée… On prépare le terrain, on rumine dans son coin, on soupire un peu, on lâche un « Mais c’est pas vrai, MAIS C’EST PAS VRAI ! » On fait monter la tension doucement quoi, pour que Zozo sente que l’affrontement se fait proche, que la lutte est inévitable, et qu’il flippe un peu...

 [SAUT_PAGE]

 

 

 

3. L’élément déclencheur

Sachez bondir au bon moment ! Si une lionne se mettait à sauter sur tout ce qui bouge sans se tapir dans son coin de longues minutes, elle passerait pour une hystérique prête à se farcir un arbre sous prétexte qu’elle a faim… On attend, on patiente, et bim ! À son « Mais qu’est-ce que tu as encore à faire la gueule ?! » on mord ! « Moi je fais la gueule, nan, mais attend c’est légitime ! Tu as vu ce que tu as fait ? C’est dingue ça, jamais tu ne te soucies deux minutes de ce que je ressens ! »

4. Le combat

C’est parti mon kiki, la bataille est lancée ! Ca fuse de tous côtés, vous esquivez une attaque et lui en rebalancez une autre, c’est super électrique, mais attention : on ne dépasse pas les limites. On respecte les règles, on ne blesse pas gratuitement et mesquinement ! Pas d’attaque facile juste pour faire mal, on travaille ses arguments jusqu’à épuisement.

 [SAUT_PAGE]

 

 

 

5. La victoire

Après un combat acharné, vous sentez que vous pouvez gagner : dans ce cas, gagnez en beauté. Levez le menton, ne le regardez plus et restez muette. Statufiée, vous deviendrez à ses yeux une icône parfaite qui mérite mille excuses et un dîner au resto.

6. La porte de sortie

Vous sentez que vous vous êtes engagé dans une bataille que vous allez perdre… Apprenez à trouver la porte de sortie ! Soi par l’humour : regardez-le droit dans les yeux et riez : « Ce qu’on est bêtes à s’engueuler pour rien ! » et foncez sur lui rouler un tractopelle. Soi par la blessure : mou triste et œil vide, vous allez lui faire pitié et il va vous laisser une petite part du gâteau de la victoire !

 

À vos amours !

Crédit Photo : Pinterest