BLUSH : les erreurs à ne PLUS commettre

Le blush, ça donne bonne mine, le blush c’est joli, le blush c’est la touche finale qui change tout… Moui moui moui, c’est ça ! Si l’on ne sait pas comment l’appliquer, on peut vite se retrouver avec une tête de clown terrifiant

Petit guide.

 

 

 

 

 

1. Appliquer son blush trop loin des pommettes

Trop haut, ou trop bas, cela vous déformera la figure… Ne tremblez pas la prochaine fois que vous mettrez du blush, il suffira de sourire, et d’appliquer un peu de blush là ou vos pommettes se relèveront.

2. Choisir la mauvaise couleur

Un blush doit s’accorder avec votre teint. Sinon, vous risquez de ressembler à votre grand-tante Suzanne qui fait flipper. En gros, pour les peaux claires : rose pale, corail ou pêche. Pour les peaux médiums : rose éclatant, du mauve chaud et pêche soutenu. Pour les peaux foncées : fuchsia profond, marron chaud ou aubergine.

 

 

 

 

 

3. Ne pas estomper assez

Non non et non, on ne tapote pas son blush sur la pommette pour qu’il soit bien intense ! D’un geste fluide et balayant, vous appliquerez votre blush. Et ce n’est pas parce que « ça ne se voit pas » qu’on ne le voit pas. Le raté, c’est justement quand on distingue le blush de votre peau.

4. Utiliser le mauvais pinceau

Vous n’imaginez pas faire la vaisselle avec une râpe à fromage ? Eh bien, là c’est pareil. On utilise le bon pinceau pour une application des plus naturelle. On choisit donc un pinceau bien touffu, bien rond qui balaiera la poudre tout en finesse.

 

 

 

 

 

5. La mauvaise formule

En gros, c’est tout bête : vous avez la peau sèche ? Utilisez un blush crème. La peau grasse ? On fonce sur les blushs en poudre !

6. Y aller trop fort

Ne commencez pas par une couleur intense ! Préférez vous familiariser avec le blush grâce à une teinte neutre et très douce, puis, lorsque vous maitrisez l’art de la pommette pimpante, intensifiez légèrement votre teinte si vous souhaitez un rendu plus marqué.

 

Crédit Photo : Pinterest