Comment bien s'entendre avec belle-maman

Lorsque vous vous engagez dans une relation avec votre chéri, vous l'avez pris lui, ses qualités, ses défauts...et sa famille. Oui, les relations avec belle-maman sont souvent tendues et difficiles. Elle chouchoute son fils à longueur de temps et vous passez pour la pire créature qu’il aura pu trouver sur la planète terre…Pas de panique ! Afin, d’éviter de faire brûler la maison de la belle-famille ou de glisser un somnifère dans la tasse de thé de la belle-mère, on vous donne quelques astuces pour que les relations restent sympathiques et sans danger. 

 

 

 

 

 

1 – On accepte belle-maman dans sa vie

Il faut l’accepter : la maman de votre « doudou » fait maintenant partie de votre vie. Et oui, il n’est pas toujours simple d’adhérer à cette étape. Pourtant, vous n’avez pas trop le choix. Vous ne pouvez pas arriver dans une famille et demander à tout le monde de changer et d’être différent pour faire plaisir. Vous devez apprendre à faire avec et ils feront pareil avec vous. Bref, tout commence par accepter le caractère de votre belle-mère !

 

 

 

 

 

2 – Ne changez pas pour elle

Pareil pour vous. N’essayer pas d’être quelqu’un d’autre pour faire plaisir à la dame de maison. On ne tente pas non plus de paraître comme la belle-fille parfaite. Même si cela lui fait plaisir, c’est hypocrite et vous finirez à un moment donné par craquer. C’est bien mieux d’être honnête tout de suite et de montrer qui vous êtes et ce que vous valez dès le début. Soyez vous-même tout en restant polie et respectueuse des traditions de cette famille même si elles sont forcément différentes des vôtres sur certains points.

 

 

 

 

 

3 – Dites ce que vous pensez.

 « Non, je ne veux pas de la recette de la tarte à la rhubarbe que vous m’avez déjà donnée 3 fois ». Etre honnête et franche permet aussi de savoir où sont vos limites l’une comme l’autre. Comprendre ce que vous pouvez supporter de l’autre est essentiel pour bien s’entendre et ne pas avoir de malentendus. Si le gratin est mauvais, on n’en reprend pas juste pour faire plaisir à belle-maman. Expliquez-lui simplement ce qui ne va pas dans le plat (évidemment on le fait discrètement : pas devant toutes les convives…) afin de faire mieux la prochaine fois. A table on se satisfait d’un simple « Merci, mais je n'ai plus faim » pour ne pas frustrer en public.

 

 

 

 

 

4 – Le respect : PRI –MOR – DIAL !

Vous êtes susceptibles aux critique de votre belle-mère et vice-versa. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’un élan naturel et humain vous pousse à vous mettre en compétition pour être LA femme de la vie de votre chéri. Très stupide, certes, et pourtant vous ne pouvez vous en empêcher. Avant tout, vous devez avoir un respect mutuel l’une pour l’autre afin de ne pas déraper. Essayer de comprendre l’opinion de madame lorsque vous lui expliquez que le contour de lèvres d’une autre couleur que son rouge à lèvres, ce n’est vraiment pas glamour et surtout d’une autre époque. L’aggressivité et la perversité n’a jamais rien donné de bon. Alors quand belle-maman lance une pique du genre « Tu sais celle d’avant, elle m’aidait à faire la cuisine », on reste calme et on répond intelligemment.

 

 

 

 

 

5 – On n’engage pas des innocents

Non, le conjoint ou les enfants ne sont pas de boucliers ou des nids d’excuses et d’arguments. Si cela ne concerne pas votre Jules, on le laisse en dehors de ça et on ne lui demande SURTOUT PAS  de trancher entre elle et vous. Vous seriez déçue du résultat dans la plupart des cas. Exception : si votre discussion finit en crêpage de chignon.

Pour les enfants, on ne les mêle JAMAIS à la discusion même si ça les concerne ! Vous ne feriez que les faire souffrir de la situation. On évitera donc le fameux « Hein c’est maman qui a raison, mamie n’a rien compris ! ».

 

 

 

 

 

Photo : Pinterest