Vous ne verrez plus JAMAIS le SEXE comme AVANT !

La taille du pénis ça compte ? Les tombeurs ont-ils un petit kiki ? Parler crûment au lit c’est bien ?

On répond à toutes vos questions !

1. La taille ça compte ?

OUI ! Mais pas celle du pénis ! Selon une étude de la Chapman University en Californie, la taille générale aurait une influence sur le nombre de relations sexuelles… Ainsi, les hommes de petites tailles auraient moins de partenaires que les hommes de moyenne ou grande taille. David Frederick, auteur de cette étude affirme : « Ces résultats indiquent que la taille est un critère sur le marché de l’accouplement. » Euh, mais on est pas des bêtes ?

2. Grande gueule, petit kiki !

Jacob Dunn de l’Université de Cambridge a publié un article concernant les singes hurleurs. Résultat ? Plus ils crient forts, plus ils ont de petits  testicules  et produisent moins de sperme. « (…) chez toutes les espèces il existe un compromis entre les capacités vocales et la production de sperme » Messieurs ? Quelque chose à redire ?

3. Faut-il parler cru ?

Trois chercheurs australiens de l’Université de Sydney ont étudié le langage pendant l’acte sexuel. Résultat ? Les hommes et les femmes n’hésitent pas à employer un langage vulgaire pendant l’amour ! Certains plus centrés sur eux-mêmes emploient les champs lexicaux de la domination (« prends-ça »), du fantasme et de la soumission (« fais-moi ce que tu veux »).

Et puis il y a ceux, plutôt dans la communication, qui préfèrent donner des instructions (« plus fort »), encourager (« c’est bon comme ça ») et cajoler (« mon amour »). Coquin ces Australiens !

4. La sodomie, c’est commun ?

Selon une étude Ipsos concernant les pratiques sexuelles des Français en 2015, la sodomie est de plus en plus courante. 36% l’on déjà fait et 6% aimerait la pratiquer. Sinon, le cunnilingus et la fellation restent les pratiques les plus répandues avec 70% d’adeptes !

5. Communiquer pour mieux faire l’amour

L’Université médicale de Vienne a mené une étude sur les troubles sexuels féminins. Après avoir découvert un traitement à base d’ocytocine améliorant la vie sexuelle des femmes, ils ont testé un autre mode de « soin » avec une pilule placebo.

Les femmes prenant la pilule placebo ont déclaré avoir une bien meilleure vie sexuelle ! La clef de ce « mieux » ? Le fait d’avoir pensé à leur sexualité, de s’en être occupée et d’en avoir parlé avec leur partenaire.

Crédit Photo : Pinterest