Hep, encore une baguette svp !

Désormais quand on va chez son boulanger, on peut offrir une baguette à quelqu’un qui n’en a pas les moyens. C’est la « baguette en attente ». Une chouette idée non ? Dans la boulangerie de Sandrine, le système marche. La preuve.

Venir en aide aux plus démunis

Les clients qui souhaitent y participer achètent deux baguettes, une pour eux et une seconde, mise en attente pour une personne dans le besoin.

« 1 baguette en attente = 1 bâton de craie sur l’ardoise »

J'ai découvert ce principe le 17 novembre dernier. L'idée m'a séduite, j'ai décidé de la mettre en place dès le lendemain dans ma boulangerie. J'ai installé une ardoise, sur laquelle je marquais d'un bâton de craie, chaque baguette en attente. Rapidement, je me suis rendue compte que les clients approuvaient le concept.

Je suis contente de pouvoir être le relais de cet élan de générosité. Moins de deux semaines après la mise en place de la baguette en attente, j'avais déjà collecté plus de 85 baguettes. Au départ, les personnes dans le besoin n'osaient pas me les réclamer. Parmi ma clientèle, je savais que certains peinaient à boucler les fins de mois. Je leur ai expliqué le concept, et j'étais heureuse, grâce à la générosité de chacun, de pouvoir leur venir en aide.

« Certains viennent uniquement pour donner une baguette »

Très active sur internet et sur les réseaux sociaux, l'idée a fait son chemin sur la toile. Par l'intermédiaire de mon site internet boulangerieribot.com, les habitants de l'agglomération lavalloise ont été conquis. Certaines personnes viennent même uniquement pour donner une baguette, elles n'en achètent pas pour elles.

« Parmi les démunis, il y a des mères de famille »

A ce jour, j'ai déjà distribué 250 baguettes aux personnes les plus démunies. Parmi elles, il y a des étudiants, des personnes âgées, des SDF, des demandeurs d'emploi mais également des mères de famille. Le donneur, comme le receveur, reste anonyme, il n'y a donc aucun jugement. Les gens ont parfois du mal à le concevoir. Pourtant, c'est quelque chose de très important pour moi. On reconnaît ceux qui sont dans le besoin.

« Un SDF : marre des baguettes en attente »

J'ai eu beaucoup de retours, positifs dans l'ensemble, mais également ceux de personnes sceptiques. Un jour, une nouvelle cliente m'a demandé de lui expliquer le concept. Elle m'a alors répondu que n'importe qui pouvait se faire passer pour une personne dans le besoin. J'ai trouvé cela déplacé. Autre anecdote, un SDF est un jour entré dans ma boutique, pour me dire qu'il en « avait marre des baguettes en attente ». Dans la rue, les passants ne lui donnaient plus d'argent mais lui rétorquaient qu'ils avaient payé une baguette à la boulangerie.

« Sa maman l’attendait dans la rue »

Enfin, en janvier dernier, une fillette m'a beaucoup émue. La boutique était pleine, elle venait chercher une baguette en attente, sa maman l'attendait dans la rue, par peur du regard des gens. La petite m'a dit : « vous remercierez les gens qui donnent s'il vous plaît ». J'ai immédiatement relayé le message de la fillette sur mon compte Twitter (@BoulangeRibot).

Depuis un mois, les clients peuvent également suspendre un café à emporter. Le 5 février dernier, constatant l'engouement autour de la « baguette en attente », j'ai décidé de proposer à mes clients de « suspendre des cafés à emporter ». Le principe est le même, ceux qui le souhaitent achètent un café et les personnes dans le besoin le réclament ensuite. A ce jour, 10 cafés sont suspendus et je n'en ai distribué qu'un seul.

Par l'intermédiaire de ce témoignage, je lance un appel à toutes les personnes qui souhaitent venir en aide aux plus démunis, et à ces derniers. Je les invite à nous rendre visite dans le centre-ville de Laval.

Une baguette en attente
La boulangerie Ribot : 6 rue Echelle Marteau, 53000 Laval