Mais où est donc ce Charlie tout le temps épuisé !

Vous n’avez pas encore votre exemplaire de Charlie Hebdo ? Ce n’est pas par manque de professionnalisme de la part de vos marchands de journaux. Alors, mettons les points sur les I, les barres sur les T : on vous explique.

  • Patience, patience

Vous êtes nombreux à vous plaindre, frustrés de ne pas avoir entre les mains LE fameux exemplaire que vous vouliez tant. Comme par hasard, alors que vous vous déplacez archi-tôt le matin, chanceux que vous êtes, on vous annonce "épuisé". Bon, on en fait pas toute une montagne ! Et, dans cette hystérie collective, on essaie de comprendre, en commençant par arrêter de s’en prendre à son commerçant (même si on sait pertinemment que LUI, il n'a pas eu de mal à se le procurer, le Charlie). Déjà, parce qu’il n’y est pour rien le pauvre dans tout ça. Un peu de respect pour ceux qui assurent la diffusion d'opinions et d'idées auprès de leurs concitoyens, voyons ! Le point positif dans tout ça, c'est quand même que votre énervement est le reflet de votre intérêt pour Charlie Hebdo. Touchés par cette tragédie, vous voulez être solidaire, tout comme vos marchands de journaux qui se mobilisent dans cette opération pour promouvoir la liberté de la presse. On patiente, et on ne se rue pas sur les hebdomadaires hors de prix vendus sur ebay, qui n'aideront en rien le journal. Et puis, même si c'est LE Charlie Hebdo, qui serait prêt à claquer 2 000 euros dans un bout de papier, quand il suffit juste de patienter. On adopte l'attitude "peace and love", car comme le dit Charlie : "Tout est pardonné".

  • Une moyenne riquiqui de 38 exemplaires par marchand

En abandonnant leurs commissions sur les ventes du million d’exemplaires initialement programmé, les marchands de journaux montrent leur extrême solidarité. Croyez-le ou non, ils voudraient bien tous vous satisfaire, et ne cessent de réclamer plus d'exemplaires. Seul hic, 1 million d'exemplaires pour 26 000 marchands, ça équivault à la moyenne riquiqui de 38 exemplaires par point de vente. Et NON, contrairement à ce que vous pouvez entendre, aucune région n'est privilégiée. Le fameux Charlie Hebdo est distribué de la manière la plus égalitaire possible dans tout le pays.

Une queue phénoménale devant un Kiosque à République

  • Une production à fond les ballons

Si vous ne l'avez pas tout de suite, maintenant, sachez que le numéro sera en vente pendant 8 longues semaines, et que les marchands de journaux sont constamment réapprovisionnés. Chaque soir, les 26 000 points de vente français reçoivent les exemplaires imprimés dans la journée, pour les mettre en vente dés le lendemain matin. Mais rien que ça, ça ne se fait pas en claquant des doigts ! Les équipes de Charlie Hebdo ont refusé d'imprimer leurs journaux à l'étranger, en faisant le choix de confier la totalité du boulot à leur imprimeur habituel. Même si l’imprimeur de Charlie Hebdo - d'une générosité exceptionnelle - fait tourner ses rotatives à fond les ballons pour produire 500 000 à 1 million d’exemplaires, recevoir suffisamment de papier sachant que la quantité était jusqu'alors imprévue, reste difficile à organiser. D'autant plus qu'il nous arrive de Scandinavie par bateau ce papier !

  • Vous l'aurez votre Charlie

Même si la contrainte industrielle limite le nombre d’exemplaires, ce dernier passe à 1 million par jour à partir d’aujourd’hui. Et si la demande reste la même, l’éditeur est prêt à dépasser les 5 millions d’exemplaires jusqu’à la sortie du prochain numéro le mercredi 28 janvier. Au final, pas de jaloux, chacun pourra avoir son Charlie à lui.

Crédits photo :

1 - France TV info (Jean Pierre MULLER / AFP)

2 - La Tribune (Olivier Dauvers)