Mon CORPS : ce gros FUMIER

Franchement, dans le cycle de la vie, on est vraiment les animaux les plus pourris. Regardez les baleines : à la bonne taille des océans… Moi je suis capable de boire la tasse dans mon propre bain ; les canards : pieds palmés ET savent voler ! C’est à peine s’il ne nous faut pas deux ans pour apprendre à nager et pour ce qui est de voler : on sait sauter si, faire un petit bon… max.

Et alors après… Même les fonctions de base déconnent. Tenir debout, descendre un trottoir, rester calme… Rien ne va !

1. Il est complètement foutraque

Je suis incapable de savoir ce qui me fait grossir. Je peux partir en Italie et manger deux pizzas par jour : rien ne bouge, et quand je tente « Une petite mise au vert », je grossis.

Franchement c’est complètement déconnant. Seule tentative qui à fonctionner : ne plus y penser du tout.

2. Il est maladroit

Mon corps n’est pas maladroit genre « oups mince j’ai renversé un peu d’eau » il est maladroit façon « WOUUOOOOOOOOOH attentioooooOOOOOON ! » et bim verre renversé qui shoote la plante que j’essaie de rattraper en faisant tomber une pile de livres de la bibliothèque.

Je n’ai rien trouvé de mieux que de laisser les autres servir le vin et de ne pas trop m’entourer de choses branlantes…

3. Il est bipolaire

J’ai un corps en pleine dualité… Il ne sait absolument pas ce qu’il veut. Parfois, il est réveillé à 6h du matin avec une forme olympique, prêt à faire du Pilate et enchainer avec un petit déjeuner ultra sain.

Mais le lendemain, il se lève péniblement à 8h30, veut une clope et du café… Impossible de lui trouver une cohérence. C’est un junkie-bio…

4. Il est bizarrement malade

J’ai l’impression que les gens sont malades de façon plutôt normale. Fièvre, toux, rhume, bon le diagnostic est clair.

Moi ce n’est pas ça du tout ! Trois jours avant d’être malade j’ai des aphtes, ensuite je passe des journées pensant être malade puis pète le feu le soir, sort et fume plein de clope. Le lendemain je pense avoir légèrement abusé sur le vin mais en fait non, c’est la maladie qui arrive. Et plutôt que d’être molle et endormie je suis mal et irascible. J’essaie de faire des trucs quand même dans les moments de répit et pof, je retombe immédiatement comme une larve avec des suées et des montées de fièvres.

Impossible que mon corps se décide à être vraiment malade ou vraiment guéri.

5. Il me fait croire qu’on va mourir

Il suffit que je sois stressée pour que je me mette à hyperventiler comme ça d’un coup. Je marche dans la rue, je me dis « Tiens j’ai un peu de mal à respirer » ensuite mon cerveau ne fait qu’un tour « Je vais mourir si je ne respire plus ? Oh tiens je respire encore moins bien aaaaaaaaaaaaaaaah »

Alors que non en fait l’air rentre et sort très bien de mes poumons…

6. Il a des atouts particuliers

Après il ne faut pas lui enlever les deux trois trucs malins dont il est doté…

Comme par exemple, sa fonction de baromètre… S’il va pleuvoir, j’ai la cheville qui s’est pris trois entorses qui me fait mal ; si l’air est très pollué, j’ai la peau terne et des boutons qui sortent ; si l’indice UV est trop élevé, je me prends immédiatement un coup de soleil sur le nez…

 

Non vraiment, il est chelou mon corps… 

Crédit Photo / Pinterest