La DETOX CAPILLAIRE va sauver votre CRINIÈRE !

Cette crinière que je n’ose même plus appeler « cheveux » tellement elle pendouille tristement et semble crier « à l’aide ! À l’aide ! » à chaque balancement de tête…

Eh bien, j’ai trouvé le moyen de la ranimer, de lui insuffler un nouveau souffle de vie, de la RESSUSCITER, oui oui !

Et tout ça grâce à une detox sur-mesure qui a fait des miracles… 

1. Le début du commencement : l’heure du tri !

Ce n’est pas faute de l’avoir entendu dans des reportages à la télé, lu dans tous les magazines de la création, et à nouveau lu avec avidité sur internet : trop de produits chimiques dans nos shampoings, c’est la mort assurée de notre tignasse !

Mais, dans le premier rayon soins capillaires venu, j’avoue, la tête me tourne et je me sens toute faible : bien sûr que je veux cet après-shampoing vanillé plein de sulfates pour des pointes soyeuses, ohhhhh mais il me FAUT ce sérum revitalisant bourré de silicone spécial cheveux décédés !

Bon, il est temps de faire place nette dans la salle de bain, et d’apprendre une bonne fois pour toutes ces mots : Ammonium Lauryl / Laureth Sulfate et Sodium Laureth Sufate, et Dimethicone (et tous ceux qui se terminent en -One ou en -Xane de façon générale).

Voilà, la prochaine fois on regarde l’étiquette, et on passe son chemin !

2. La mise en route : le tout naturel

Le plus chouette, dans cette histoire de detox, c’est que je vais (encore) pouvoir faire le plein de produits sympas pour redonner de l’air à ma tignasse : du bon, du bio, du naturel, du tout frais, du qui sent bon l’amande douce, l’aloe vera et la camomille !

Comme par exemple avec un Shampoing réparateur fortifiant à l’huile de ricin et à la kératine végétale Natessance de Léa Nature, ou bien encore le Shampoing ultra-doux à la reine des prés bio de Coslys, mes nouveaux petits chouchous de la douche.

3. La montée en puissance : les lavages moins fréquents

Je le sentais venir depuis un petit moment : mon cuir chevelu étouffe étouffe étouffe sous ces lavages décapants et répétés… Alors, je freine tout doucement (parce que quand même, je n’aime pas trop me balader avec la mèche grasse devant les yeux) et petit à petit, je nettoie mes cheveux un jour sur deux, puis un jour sur trois, puis… OH mes cheveux sont tout doux et brillants !

4. La solution nature pour dépolluer : l’argile

Mon nouveau petit rituel beauté du cheveu le dimanche soir ? Un masque à l’argile histoire de virer les résidus de la pollution et du calcaire de ma précieuse tignasse retrouvée.

Pour les cheveux gras, on se rue sur l’argile verte. Les cheveux secs et les cuirs chevelus sensibles peuvent opter pour l’argile blanche, plus douce. Et la petite astuce pour les cheveux ternes : on adopte l’argile jaune !

Il suffit de mélanger la poudre avec de l’eau tiède, d’appliquer, et de laisser poser plusieurs minutes (pas plus de 15 en général). Après, on rince et on profite de sa douce et soyeuse chevelure…

5. L’entretien quotidien : le bon brossage

Oui bon c’est vrai que j’avais un peu tendance, avant, à vouloir poser ma tête sur l’oreiller au plus vite après ma séance toujours trop longue sur Netflix (ouiiiiii passer à l’épisode suivant)…

Alors que j’ai découvert un petit geste tellement simple et qui permet de faire ÉTINCELER ma tignasse au matin : le soir, je brosse vraiment mes cheveux en commençant par le bas, et en remontant jusqu’au crâne pour bien tout démêler.

Mon petit secret volume : les poils de sanglier, tout doux pour ma fibre malmenée…

6. L’étape en plus : la colo végétale

Mon prochain objectif : adopter la coloration entièrement végétale pour que mes cheveux enfin retrouvés ne soient plus jamais en difficulté ! Bon, je me suis un peu renseignée et je sais qu’elle ne permet pas de faire des folies-folles du type passer du brun au blond, mais comme moi je veux juste avoir des beaux reflets marron glacé je pense que je vais franchir le pas… 

 

Aurélie Poumailloux

Crédit photo : Pinterest