CHEVEUX FOURCHUS : sauvez-les AVANT de les COUPER !

Après une trèèèèès longue attente, vous voilà enfin pourvue d’une crinière d’une longueur respectable, parfaite pour vous faire de jolies tresses ou une queue-de-cheval haut perchée.

Sauf que voilà, vous venez de repérer des pointes fourchues et vous avez la hantise de devoir aller chez le coiffeur pour réparer les dégâts, et vous retrouver du coup avec 5 bons centimètres en moins.

Sachez-le : il n’est peut-être pas trop tard !

 

1. L’état des lieux des dégâts

Le cheveu fourchu est un cheveu qui a perdu de son élasticité, à cause d’une kératine trop fragile : stress ou manque de soins, elle n’est plus assez forte pour garantir un cheveu en pleine forme, et celui-ci finit donc pas « fourcher ». Pour repérer ce problème, on prend une mèche de cheveux entre deux doigts, à chaque extrémité, puis on l’étire sur toute sa longueur : le cheveu doit s’étirer avant de redevenir souple. Si ce n’est pas le cas, bonjour les dégâts !

Crédit photo / Pinterest