BIEN se comporter au BUREAU (ou l’art de survivre dans la cours des maternelles)

Il est des heures sombres au travail… Ces moments où vous voulez envoyer un énorme classeur dans la face de Monique pour l’éborgner parce qu’elle « doit filer » et qu’elle vous refourgue son boulot (qu’elle ne fait jamais) ; ces fois où vous entendez un flot tel d’immondices et de bêtises que vous voulez vous lever, prendre un chalumeau et cramer tout le monde et ces autres fois où vous avez juste envie de vous mettre en boule en vous balançant d’avant en arrière tout en criant très très fort…

Alors pour s’en sortir dans cette cour de récréation boudeuse et guerrière, suivez le guide.

1. Lorsqu’on tente de vous faire passer pour une abrutie en réunion

Choueeeette ! Réunion avec toute l’équipe de colleguou-foufous ! Ca commence cool, ça papote tranquille et puis ça en vient au chiffre, au vif de la réunion quoi (oui les dix-sept minutes de blagounettes sous la braguette sont juste du temps précieusement foutu.)

Mais voilà que vous avez mieux bossé le dossier et en connaissez plus que Gérard, le gratte-nez qui n’en fout pas une. Oui mais Gégé est pote avec le boss et vous, vous êtes jeune et… Mais dis donc, ne porteriez-vous pas un vagin sous cette vilaine culotte ?! Ah bah voilà ! Non mais, vous n’alliez quand même pas la ramener en réunion !

Du coup, on vous fait deux trois réflexions et on vous coupe la parole histoire de vous faire comprendre que : « Eh oh, t’es mignonne là, mais tu vas quand même pas nous exposer des faits que nous autres maîtrisons bien mieux que toi si on décide de s’y pencher… » Deux minutes plus tard ils se sont réappropriés vos idées et vous l’expliquent sans ciller, droit dans les yeux, façon « simplifiée » pour que vous compreniez bien…

Que faire ? Profitez d’un blanc pour glisser, droit dans les yeux accompagné d’un gentil sourire : « Bien sûr Gérard, j’ai bien compris, c’est ce que je vous exposais il y a un instant. Par ailleurs ce que tu dis n’est pas exacte car… » Allez, il peut aller bouffer ses crottes de nez le Gérard.

2. Lorsqu’on vous refourgue une tonne de dossiers car vous allez plus vite que les autres

Ah bah tiens, donne ça à Sophie ! Ah bah oui tiens, pourquoi pas à Sylvie qui n’en glande pas une de la journée ? Ah bah parce que Sylvie elle bosse comme une quiche ET comme une tortue…

Du coup vous vous retrouvez avec six fois plus de boulot que les autres parce que : « Oh bah vous allez torcher ça en une heure hein ? » Bah oui mais bon, vous aimeriez bien aussi de temps en temps prendre une pause déj‘ voire une pause pipi…

Que faire ? « Ah je peux pas je suis full full full les gars ! » Enumérez-leur vos 117 autres tâches qu’ils vous ont refilé et demandez-leur si c’est pas un peu plus prio. Et partez (faire pipi). Ils trouveront bien quelqu’un d’autre.

3. Lorsqu’on vous retient le soir parce que vous, vous n’avez pas d’enfants

Ah tiens attends, je voulais voir deux trois trucs avec toi. Sous-entendu, toi qui n’a pas de vie car pas d’enfants, pas de mari, pas de temps à perdre à l’extérieur, là où le monde palpite, tu peux trainasser deux trois heures de plus au bureau. On vous tient la jambe six heures, vous rentrez avec les métros qui ont 11 minutes d’attente, boulotez des pâtes à 22h, dormez mal (parce que vous avez mangé trop tard) et repartez au boulot épuisée et chafouine.

Que faire ? Notre cœur dirait bien « double doigt d’honneur et fuite en avant » mais il paraîtrait que la jungle bureaucratique ait quand même quelques codes de décence… C’est pourquoi un gentil : « Je suis désolée, j’ai rendez-vous ce soir… » permettra de vous extirper gentiment parce oui vous n’avez pas de mioche à l’école mais des obligations aussi (comme appeler mamie avant le JT parce que après, ça la coupe devant Pujadas, et elle est colère.)

4. Lorsqu’on vous offre plus de responsabilités que les autres mais que vous êtes moins payée que le stagiaire mec

Alors écoute on est plutôt content, tu bosses pas mal du coup on va te mettre sur un gros coup. Tu es contente ? Oh bah un peu que vous êtes contente, votre travail est bon ça veut dire ?!

Oui. Mais c’est tout ce que ça veut dire. Réjouissez-vous de bosser deux fois plus, c’est un cadeau du ciel. Comment ça vous râlez parce que Gégé qui fait trois fois moins que vous est payé pareil ? Bah oui mais oh eh oh hein dis oh, non mais… !

Que faire ? Deux options. Soit vous avez en effet envie de vous donner deux fois plus et devez montrer quelle valorisation vous méritez. Notez vos tâches, vos horaires et ce que ça coûterait de vous remplacer.

Option deux : vous ne voulez pas faire plus. Refusez donc la proposition. Vous ne voulez pas que votre fiche de poste change. Point.

Ah si, il y a une troisième option aussi : celle de partir. Si vous vous tuez à la tâche sans jamais être valorisée, il faut que vous trouviez un poste qui satisfera votre envie de travailler comme vos ambitions porte-monaietales.

5. Lorsque vous devenez secrétaire de votre boîte alors que vous êtes graphiste mais que la secrétaire est en vacances et que vous êtes la seule à ne pas faire de fautes d’orthographe

« Ah tiens Jeanine, oui euh Sophie c’est pareil ! Tu peux me faire deux trois trucs comme Clothilde est partie, j’ai besoin de deux photocop’ de ça et tu pourrais me rédiger le mail pour le comptable… »

Mais euh oui mais ? Et voilà vous avez subitement changé de job en une fraction de seconde. Pourquoi ? Oh bah parce que vous passiez par là et que vous ne faites pas trop de fautes…

Bon, être le couteau Suisse d’une boîte, c’est sympa un temps. Mais quand on vous demande de couper, de scier et de raboter, ça commence à être gonflant.

Que faire ? Demandez une réunion rapide. Histoire de mettre vos missions au clair. Expliquez que vous êtes sous l’eau et que votre métier numéro 1 passe en prio 2 que vous endossez le week-end car vous êtes noyée. Repartez avec une liste de priorités et tenez-vous y. Enfin, essayez… !

6. Lorsque Monique tente de répandre d’ignobles rumeurs dans votre dos

Monique a toujours une oreille qui traine, prête à baver un petit truc sale sur votre dos… « Tu sais pas quoi, j’ai vu Sophie et Caroline, et elle disait du mal de toi Gégé… Si je te jure… Je me demande même si elles ne sont pas ensemble… » Aaaaaah douce vie de fouinette va ! Voilà, il faut toujours une fouinette de boîte, sinon ce n’est pas drôle…

Bon sauf qu’il faut aussi s’en méfier comme de la peste car son seul but est de vous nuire.

Que faire ? Pour l’expédier loiiiiiiiin de vous, soyez over super méga hypra professionnelle et basta. Bonjour, merci, bonsoir. Pas de petites confidences, pas de coup de main sympa, non rien. Fuyez, elle ne vous voudra jamais de bien. Ne lui donnez rien à mâcher.

7. Lorsque votre stagiaire se prend pour votre copine

« Hey hey hey ! Ça groove ? Déso ch’suis à la bourre, j’étais avec mon keum, on s’est engueulés vénère, il me saouuuuuule ! » Bon bon bon, écoute ma mignonne, peut-être que j’ai une tête de poussin nain trop gentil ou que tu n’as pas compris que tu ne bossais pas en Freelance pour moi mais je vais tout simplement te foutre un gros coup de pelle dans la face pour te faire comprendre qu’ici, on ne fait pas des horaires souples comme tes cours magistraux de ton école !

Que faire ? Bon, le coup de pelle serait mal vu… La crise d’hystérie aussi. Bah oui, vous ne vous voyez pas vous mettre à hurler façon : « WHAT ??? WHAT ? Non mais attends je rêve là tu craques meuf… ! » Vous passeriez pour une fille qui a son âge et qui veut lancer une battle en pleine récré…

Posez calmement votre bic noir, demandez-lui de vous suivre, installez-vous autour d’un café et expliquez-lui gentiment comment ça doit – et ça va – se passer. Horaires, politesse, ton des mails, rapport avec les autres, travail… Voyez ce premier avertissement comme votre mission de formatrice remplie. Pour le deuxième, vous aurez droit au coup de pelle.

8. Lorsqu’on vous fait comprendre que vous bossez bien, mais pas si bien que ça, bref que vous n’êtes pas irremplaçable

Bon en clair, histoire que vous ne preniez pas trop la confiance, on vous fait comprendre que « oui oui vous vous êtes un peu démenée mais bon pas plus pas moins que les autres quoi… » Ainsi, on vous fait comprendre que vous êtes interchangeable et que vous devez vous tenir à carreaux sinon on trouvera mieux.

Que faire ? Leur suggérer de trouver mieux. Ou ne plus vous démener. Ou les deux ? Si la cour de récréation veut vous manger, mangez-là ou changez de cour de récré.

 

Vous ruminerez moins avec des projets d’avenir en tête !

 

LP.

 

Crédit Photo / Pinterest