On vous dévoile les SECRETS du KAMASUTRA !

Que vous soyez experte ou non dans l’art du Kamasutra, il se peut que vous ignoriez encore quelques petites choses à son sujet…

 

 

 

 

 

 

1. Non, ce n’est pas (seulement) un recueil d’images pornos

Le Kâma-Sûtra, à la base, c’est avant tout une compilation de textes écrits par un Indien, Vâtsyâyana, entre le VIe et le VIIe siècle, sur la « vie privée ». Et en plus, il ne contenait aucune image évocatrice… C’est seulement 400 ans après sa parution qu’il a été agrémenté de ces dessins sans complexes qui font aujourd’hui sa réputation. Et les positions sexuelles décrites ne sont qu’une infime partie de l’œuvre entière…

 

 

 

 

 

 

2. 7 livres pour un ouvrage

Eh oui, le Kâma-Sûtra est un petit extrait d’une œuvre plus majeure, le Kamashastra, qui comprend en tout 7 livres, et 36 chapitres. On y retrouve les « buts de la vie », les « conseils de bon sens », le « choix d’une épouse », le « comportement du citadin », etc. Le tout relié à la vie privée telle qu’elle était dans l’Inde ancienne, et destiné aux classes aisées, celles qui savaient lire. On vous épargne l’intégralité du texte, mais sachez qu’il explique grosso modo la façon de se tenir en société, de se comporter avec les femmes, et avec son épouse.

 

 

 

 

 

 

3. L’art amoureux (on y vient…)

C’est donc aussi un ouvrage dédié à l’art de la séduction, qui s’intéresse à la sexualité et en fait un sacré guide expert, sans tabou puisqu’on y parle aussi bien homosexualité que la façon de devenir infidèle à son époux… Eh oui, l’Inde de l’époque était nettement moins rigide qu’elle ne l’est aujourd’hui ! Les courtisanes y tiennent une grande part, un peu comme les geishas japonaises.

 

 

 

 

 

 

4. 64 positions sexuelles

La partie qui traite de l’art amoureux recense donc pas moins de 64 positions sexuelles, autant dire qu’il y a du pain sur la planche pour les réaliser.

On s’est amusés d’ailleurs à en noter quelques-unes, qui vont vous changer du missionnaire ou de la levrette :

- le bond du tigre : pendant que Charmant exécute un parfait mouvement de « pont », vous vous placez au-dessus de lui pour le chevaucher.

- la position appuyante : Charmant est allongé sur le côté, vous vous positionnez de l’autre, jambes repliées autour de lui, de façon à avoir ses pieds en face de vous.

- la balançoire : Charmant allongé sous vous, vous lui tourner le dos en le chevauchant, jambes fléchies.

Crédit photo / Pinterest