Pas de HONTE ! On fait TOUTES CA quand on est BOURRÉES !

Qu’on ne se jette pas la pierre : quand on a bu un verre (ou deux) de trop, on se met toutes à avoir des comportements absolument étranges dont on a honte le lendemain…

Arrêtons de culpabiliser, et disons-nous simplement qu’on va apprendre à arrêter au troisième verre !

 

 

 

1. L’inconnu du réveil

Oui, on a toutes dansé comme des petites folles, on s’est toute collées à ce grand barbu, on s’est toutes dit qu’il était trooooop mignon, et on s’est toutes réveillées avec en constatant qu’il lui manquait des dents, n’avait pas des pectoraux mais des bouées et avait une barbe à trous.

Première chose, on le vire. Deuxième, on change ses draps. Troisième on se douche. Quatrième on prend un grand verre de citron dans une eau pétillante et on appelle son amie pour faire un debrief et être morte de rire.

 

 

 

2. La dépense folle

Quand on a trop bu, notre carte bleue se transforme en extension de main : on se pense tout à coup mille fois plus riche et on se dit « C’est pas graaaaaave, on a qu’une viiiiiiie ! »

Ça donne des dépenses de centaines d’euros pour trois mojitos dans un bar chic et, selon le site Lyst, des achats en ligne carabinés : 48% du e-shopping se fait entre minuit et deux heures du matin, se compose de lingerie et de chaussures et coûte 165% plus cher que les achats du lundi…

Oh ça vaaaaaa, on a qu’une viiiiiie.

 

 

 

3. La méchante-attitude

C’est une attitude qui est bien enfouie en nous - en temps normal plutôt gentille - et qui surgit subitement comme si un bébé Hulk se mettait à pousser en nous.

Tout à coup, le vigil du club est l’ennemi numéro 1. Et vous allez bien le remettre à sa place : « De toute façon cher monsieur, ne me regardez pas de cet œil-là, si vous saviez qui je suis hein hein hien ! C’est une HONTTE, une HONTE ! »

Bien sûr on se fait virer et on repart la tête haute en pensant avoir réglé l’affaire du siècle. Le lendemain, c’est la honte assurée.

Dites-vous qu’au moins ça vous a musclé le visage et que si vous étiez restée dans cet endroit deux heures de plus, vous en seriez sortie dans un état quatre fois pire…

 

 

 

4. Le côté BEAUCOUP trop sympa

En temps normal plutôt distante, quelques verres de trop nous font souvent devenir hyper hyper sympa. Notre pire collègue devient subitement notre meilleure amie, on lui dit qu’en fait, on l’a toujours admirée, on lui sourit beaucoup trop et on la touche énormément.

Le lendemain, on longe les murs en se disant qu’on a grillé notre quota respectabilité…

Pas de panique, on s’en fout : on se dit qu’elle a fait la même la semaine dernière, on en rigole et en la croisant, on lui fait un clin. Et toc, vous re-maîtrisez la situation avec panache.

 

 

 

5. La razzia sur le frigo

On a pris l’apéro en mangeant des chips. On a dîné au resto, on a dansé puis on est rentrée chez nous très tard. Et là, on a mangé la plus grosse plâtrée de pâtes au pesto du monde.

Oui on l’a toutes fait. Non ce n’est pas grave, notre corps est fou dans ces cas-là.

Le mieux est de manger avant de sortir, pour se caler. De boire un verre d’eau pour chaque verre d’alcool bu. Ainsi, on pourra se limiter, rentrer tranquillement se coucher et faire un bon petit déjeuner le lendemain avec même pas un mal de crâne !

 

LP.

 

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé.

 

 

 

 

Crédit Photo / Pinterest