L'ACCOUCHEMENT ou pourquoi on a envie de TUER toute personne nous disant que c'est le plus beau jour d'une vie

Le plus beau jour de ma vie, c’est quand j’ai donné naissance à mon bébé… ça, c’est tout sauf dans la réalité (ou alors vous faites partie des rares mamans pour qui ça s’est passé comme une lettre à la poste, et dans ce cas on vous déteste cordialement).

Accoucher, ce n’est pas tout à fait comme vivre un pur moment de bonheur…

 

 

1. D’abord, on a (un peu) mal

Bon, au début ça va, ce n’est pas si terrible que ça, les contractions ont commencé et on patiente  gentiment à la maison comme nous l’a dit la sage-femme pendant les cours. Et puis, petit à petit, la douleur monte… et on se dit que peut-être on a atteint le summum, là non ? Non ??!! Et là on tuerait pour que ça s’arrête là tout de suite, et qu’on en finisse.

2. C’est là qu’on file à la maternité

Et on se dit qu’on va enfin mettre fin à notre souffrance. Oui mais voilà. D’abord, il faut patienter le temps qu’on vous examine et qu’on décrète si le travail a VRAIMENT commencé (oui, vous hurlez de douleur mais si ça se trouve, c’est un « faux » travail). Sous monitoring (une bande élastique avec des capteurs qu’on installe sur votre bidon), vous devez encore attendre que les contractions soient mesurées, étudiées, pour que l’on daigne vous ouvrir les portes de la fameuse « salle de travail » (la péridurale ! la péridurale !).

 

 

3. Le moment de répit

Vous avez déjà tellement mal que c’est presque avec soulagement que vous subissez la (grosse) piqûre dans le dos qui va vous apporter une bonne dose d’anti-douleurs. On vous file un boîtier avec un bouton sur lequel vous devez appuyer si vous sentez la douleur revenir. Vous appuyez frénétiquement, jusqu’à ce qu’on vous explique qu’il y a quand même un laps de temps entre la délivrance de deux doses (ARNAQUE !). Bon, y’a pas à dire, c’est quand même un vrai moment de répit.

4. On vous passe les détails

Seule avec Charmant (s’il en a eu le courage), vous n’avez plus qu’à prendre votre mal en patience (c’est le cas de le dire). Une sage-femme vient régulièrement contrôler l’avancée du travail (en gros, la dilatation du col). Pour certaines, c’est rapide, pour d’autres, c’est pas de chance. Vous pompez toujours frénétiquement sur votre précieux bouton. Pendant que Charmant se goinfre, vous avez droit à un misérable jus de pomme pour tenir le coup.

 

 

5. C’est l’heure !

La délivrance (sûrement le mot le plus juste du monde pour décrire la situation) est toute proche. A moitié évanouie de faim et les jambes à moitié engourdies sous l’effet de la péridurale, on vous demande un sacré effort. Vous êtes en panique mais vous n’avez pas le choix, bébé doit sortir vite fait.

6. OUF, Bébé est là

Evidemment, c’est le plus beau des bébés, et vous n’en revenez toujours pas… mais le souvenir de votre accouchement, vous le rangerez dans un coin de votre mémoire (vous savez, celui marqué « à oublier »).

Et pour vous, c'était comme ça ?

Crédit photo : Pinterest