L’ORGASME du pain-perdu

L’humain est capable en un clin d’œil de perdre toute dignité pour… un bout de mangeaille… C’est un phénomène étrange qui pousse nombre de petits bipèdes à perdre tout contrôle de soi, à tuer — parfois littéralement en jouant du coup de genoux assassin — père et mère pour un bout de flan aux pruneaux, une part de moelleux choco-noisettes ou un mini-toast de rillettes.

 

 

 

 

1. Le dressage du buffet

Dès qu’un buffet se dresse, qu’une pièce montée s’approche, qu’un gâteau se voit tranché, alors tout le monde s’en tamponne du défunt encore tiède, du baptisé braillard ou des mariés feignant l’amour : chacun ne devient plus qu’un estomac affamé monté sur deux jambes trapues prêtes à courir lourdement vers le morceau de bidoche à attraper au vol. 

2. Bruit d’estomac

Ça piapiate, ça glousse, ça pousse des petits gémissements agacés, ça machouille, ça engloutit, déglutit… et puis… Plus rien. Plus un bruit. Retour à la dignité. Oubli total de la scène orgiaque et quasi pornographique qui vient de se dérouler sous nos yeux. Chacun repart, repu, vers le sentiment distingué qu’il mimait quelques minutes auparavant.

3. Le retour à la normalité

« MMmmcondoléances… », l’air attristé mais le bout de noisette coincé dans la molaire, « Belle cérémonie, vous avez fait les choses en grand ! », lancé d’une voix ferme trahissant la colère de l’arrivée trop tardive pour le moelleux au chocolat, ou simple rire gras de l’oncle rougeaud s’étant bien rempli la panse, à présent seulement capable d’émettre quelques sons gutturaux.

 

Ca ne vous rappelle pas quelqu'un aux buffets froids ?

Crédit Photo : Pinterest