Prix littéraire : Le mouton de la place des Vosges, de Catherine Siguret

Résolument farfelu, caustique et désopilant, le roman de Catherine Siguret est une ode à la liberté d’être et de penser. Une comédie loufoque à contre-courant qui dresse un portrait au vitriol du parisianisme conformiste.

Il n’y a pas que le Petit Prince qui aime les moutons. L’héroïne de ce drôle de roman les adore depuis l’enfance. À tel point qu’elle décide de revenir à ses premières amours en adoptant en Corse un jeune ovin qu’elle appellera Toi. Qu’y a-t-il de mal à cela ? De quel droit décréter qu’il s’agit d’une idée délirante ?

Mais voilà, lorsqu’on habite la très chic place des Vosges à Paris, ce genre d’extravagance passe mal. Fermement décidée à braver les interdits et les conventions sociales, l’apôtre de la cause du mouton parisien ira jusqu’au bout pour prouver que vivre en couple avec un animal qui bêle n’est pas plus absurde que de s’abêtir avec un humain qui parle.