Et si on se mettait à la COLORATION VÉGÉTALE ?

Plus saine, plus respectueuse du cuir chevelu, la coloration végétale a tout bon a priori sur le papier.

Mais qu’en est-il vraiment ? Faut-il laisser tomber les colorations chimiques pour passer au végétal ?

On fait le point.

 

 

 

1. La coloration végétale, c’est quoi exactement ?

Par opposition à la coloration dite chimique, qui utilise des produits oxydants ou à l’ammoniaque, la coloration végétale s’inspire de la nature : elle se base sur des composés naturels comme le paprika, l’indigo, ou encore l’amla. Issus de l’agriculture biologique, ces pigments sont tout simplement mélangés avec de l’eau chaude pour former une pâte colorée, qui va enrober et gainer le cheveu.

2. Pourquoi passer au végétal ?

Avant tout, la coloration végétale n’abîme pas la chevelure, contrairement à la coloration avec ammoniaque, qui cause souvent quelques dégâts : cheveux fourchus, secs, cassants… Le végétal n’agresse pas la fibre capillaire, et au contraire en prend soin, comme le ferait un soin ou un masque protecteur. Les cheveux ternes retrouvent toute leur brillance !

 

 

 

3. On se méfie du chimique

Le gros point noir avec une coloration chimique, c’est qu’elle est souvent pointée du doigt quand on parle de composés pas très nets comme les fameux perturbateurs endocriniens : par exemple, le résorcinol qui agit sur la thyroïde, et provoque en plus des irritations sur la peau et les yeux.

3. Gare aux shampoings industriels

Une fois que l’on est passée au végétal, l’erreur serait de conserver ses produits « industriels » dans sa salle de bain. Tant qu’à faire de passer au naturel, autant aller jusqu’au bout, en troquant ses produits lavants habituels contre des produits trouvés en boutiques bio : des soins neutres, qui vont nettoyer en douceur sans agresser. Et comme votre cheveu s’est débarrassé de ses problèmes souvent dus au chimique, souvent un lavage par semaine suffit pour entretenir votre crinière.

 

 

 

4. Les limites du végétal

Eh oui, le végétal a ses limites : impossible par exemple d’éclaircir ses cheveux avec cette technique. Pour que la couleur tienne bien, il faut également éviter de se laver les cheveux directement après la coloration. Dans l’idéal, cette coloration se fait tous les mois et demi environ, pour maintenir une couleur parfaitement homogène.

5. Se lancer à la maison

Si on veut faire le test chez soi, il existe des poudres colorantes végétales vendues en boutiques bio et sur le web. Pour bien procéder, mieux vaut d’abord visualiser des tutos explicatifs comme celui de Beauty By Justine :

 

 

Aurélie Poumailloux

Crédit photo / Pinterest